Actualités

La QVT au second plan ? Stop ! Mauvaise option !

Pas facile de penser collectif quand tous les indicateurs « bien-être », « confiance », « clarté » clignotent en rouge au cœur d’une crise sanitaire qui joue les prolongations !

Depuis plusieurs mois le contexte Covid bouscule les organisations, publiques comme privées. S’adapter dans l’urgence, repenser les priorités, imaginer de nouveaux scénarios avec des stratégies sur le court terme, réorganiser les modes de travail, définir d’autres options jusqu’à lors inexplorées… Le monde du travail est passé en mode survie ! Et les cerveaux reptiliens n’ont jamais autant été stimulés depuis la période où, au sortir de sa grotte croiser un prédateur était monnaie courante. Immédiateté et trousse de secours pour palier à l’urgence, et l’humain dans tout ça ? Quand la majorité des organisations ont chaussé les lunettes de la survie économique, pour espérer apercevoir au loin le rivage de la performance retrouvée… L’humain passe t-il au second plan dans cette équation de l’urgence ? Et quels sont les risques à reléguer la qualité de vie au travail au second plan ?

Des ajustements sont assurément nécessaires dans l’organisation et le management des entreprises, pour maintenir la mobilisation et l’engagement des salariés… Car comme le souligne le célèbre adage « Seul on va vite, mais ensemble on va plus loin »… Et si l’approche par la QVT était la bonne méthode pour y parvenir ?

Je reformule… La QVT est la bonne méthode pour maintenir le navire économique à flot 

Alors paré à l’abordage ? Embarquement immédiat pour une traversée en eaux troubles. Mais bonne nouvelle avec un équipage mobilisé et soudé, le navire ira plus loin, plus vite et aura moins de risques de subir d’irréversibles avaries.

La QVT pas le temps, pas le budget… Et le sens du travail mon capitaine ?

Le sens a t-il un sens ? Donnez du sens Kézaco ?


« Sens » est un mot polysémique qui induit signification, mais également orientation, direction, projet, but… Pour beaucoup de philosophes le sens c’est « la destination des êtres humains et de leur histoire, la raison d’être de leur existence et de leurs actions« . Ou autrement dit « la signification qu’à une chose pour une personne et qui constitue sa justification». Vous me suivez toujours ? D’un point de vue purement métaphysique on peut associer au mot sens une symbolique proche donc de fondement, de raison d’être, ou même de la notion de valeurs.
Faire sens, donner sens, autant d’expressions qui portent aujourd’hui une empreinte encore plus profonde, dès lors que les contextes bousculent et que les zones de confort volent en éclat, en résonance avec une réalité de l’instant qui revisite beaucoup d’habitudes. Que ce soit les habitudes de travail, les habitudes de management ou bien d’autres encore comportements nourris par le passé et non par l’instant présent et son lot de changements.

Le sens au travail, une des clés de la qualité de vie au travail

Le sens au travail, pourquoi est-ce aujourd’hui une notion tellement essentielle, cruciale ? Pourquoi l’appartenance, l’adhésion au groupe est-elle un vrai moteur d’épanouissement, et donc de performance ? Pourquoi l’individualité ne peut-elle donner le meilleur d’elle-même que dans un collectif qui lui accorde toute sa place ? Les questions tournoient, telles les feuilles ôtées des arbres par le vent en ce début d’automne ! Mais arrêtons-nous un instant sur ce qui se cache derrière le sens au travail 

Une donnée qui repose sur un ressenti, le ressenti vécu par les collaborateurs dans la pratique de leurs missions au sein d’une organisation. Source d’influence stratégique et croissante dans l’élaboration et le déploiement de politiques RH ajustées visant à améliorer la qualité de vie au travail des salariés en question. Le sens au travail est bien l’un des facteurs prépondérant de l’engagement, qui trouve racine dans le bien-être, le sentiment d’appréciation, d’utilité, de valorisation, de reconnaissance et de considération.

Prendre en compte l’individu pour travailler sur le collectif, c’est mettre l’humain au centre des stratégies RH, mais aussi marketing et commerciales.

Ainsi le sens au travail s’avère plus que jamais utile aux entreprises pour : 

  • Renforcer l’adhésion des collaborateurs aux projets d’entreprises
  • Générer un cercle vertueux, ou compétitivité et prise en compte de la reconnaissance des salariés sont les deux carburants d’une dynamique de progression et de performance
  • Faciliter la pratique managériale

Quand le collectif insuffle vitalité et soutien à l’individu, l’entreprise en ressort plus forte.

Lire notre article « Incarner la QVT dans les entreprises« 


Le management dans l’incertitude, une des briques de la QVT

Manager c’est avoir une vision claire… Ok mais quand les verres sont troubles ?



Le principe du management c’est l’aptitude à anticiper, à prévoir, à organiser au regard d’acquis et d’un cap clair, les actions à déployer et la stratégie à suivre afin de donner visibilité à son équipe de collaborateurs(trices). 

Mais… Oui parce qu’il y a a un mais, Quid du management dans le contexte actuel, soumis aux incertitudes, à l’inconnu qui fait voler en éclat les schémas managériaux d’hier ?

Aux doutes conjoncturels viennent s’ajouter les mutations et multiples changements vécus par les organisations, en écho à l’adaptation dans l’urgence afin de tirer son épingle du jeu et de limiter les dégâts.
Finie la longue vue rassurante, bon nombre de managers naviguent désormais à vue. Une situation pour le moins anxiogène pour les salariés et qui génèrent tensions internes altérant de fait la qualité de vie au travail.

Face à ce constat est-ce bien raisonnable de reléguer la QVT au second Plan ?


Et c’est là que le management dans l’incertitude entre en scène. Mais de quoi s’agit-il exactement ? C’est la capacité à manager dans la souplesse, avec agilité et adaptabilité. C’est désormais une pratique de plus en plus adoptée par les strates managériales pour rassurer, remobiliser, remotiver les troupes, – du moussaillon au second de bord -. Le management dans l’incertitude permet de générer via l’intelligence collective et la notion de groupe soudé et solidaire, une réassurance, un mieux-être et un renfort de la QVT.


Alors si naturellement la QVT ne cesse de croître au sein des organisations ces dernières années, est-ce réellement une bonne stratégie que de la reléguer sous la pile, à l’heure où les économies budgétaires semblent mener la danse ? N’est-il pas plutôt judicieux d’investir davantage dans la qualité de vie au travail, afin de transformer les difficultés en opportunités d’agir autrement, tous ensemble ? Se saisir de la QVT permet de renforcer la solidité des entreprises. Un collectif fort et soudé qui respecte la singularité de chacun, donne davantage de puissance pour avancer d’un même pas et résister aux remous d’une tempête économique et conjoncturelle.

Alors si la vigilance est de mise, conserver dans l’équation les démarches QVT est sans aucun doute l’option à retenir pour non plus survivre, mais vivre ensemble le changement.

Pour aller plus loin… Découvrez les blogs de nos membres actifs :

  • ETIREO : Le blog Prévention par l’activité physique
  • NIVALIS : Le blog du Service Social
  • HOLI.E : Le blog de l’aménagement des espaces de travail


Laisser une réponse